Des robots investissent une école dans les Côtes-d’Armor

Des robots investissent une école dans les Côtes-d’Armor

Certaines disciplines ne sont pas appréciées par les enfants, c’est le cas des mathématiques. Cette matière est souvent à l’origine de nombreux échecs, le département des Côtes-d’Armor a donc décidé de proposer des robots grâce à un projet novateur. 

À la découverte des mathématiques avec Bee Bot

Tous les établissements français ne sont pas dotés de cette nouvelle génération d’accompagnateurs. Seul celui de Saint-Brieuc a eu la chance de recevoir un exemplaire de ce robot. Les mathématiques sont très importantes puisque cette matière ouvre la porte des grandes écoles comme vous pouvez le découvrir sur le site pge-pgo.fr. Toutefois, il est judicieux de ne pas multiplier les lacunes pour jouir immédiatement des avantages de ce cursus. 

La technologie réconcilie les enfants avec cette discipline

Cette école des Côtes-d’Armor a donc choisi de rendre les mathématiques beaucoup plus ludiques via des robots. Ces derniers ont une forme attractive puisque ce sont des abeilles. Grâce à celles-ci, les plus jeunes sont en mesure d’apprendre le codage informatique, mais également la programmation. La classe a été aménagée en conséquence avec un tapis quadrillé qui se retrouve au sol. Les robots se déplacent sur celui-ci et ils répondent à un trajet bien précis. Ce Bee Bot a une lourde tâche à accomplir puisqu’il doit réconcilier les enfants avec les mathématiques.

Un apprentissage optimisé grâce à cette petite abeille

Grâce à des aménagements similaires, il est parfois possible de découvrir une nouvelle vocation. Ces enfants pourront par exemple s’inscrire dans une école d’ingénieurs dans quelques années afin d’embrasser une carrière professionnelle prestigieuse. Pour l’instant, ils s’amusent avec le robot tout en se faisant plaisir. Généralement, l’apprentissage est nettement amélioré lorsque les enseignements sont partagés dans la joie et la bonne humeur. L’école envisage donc une subvention pour que ce projet perdure. Il pourrait par exemple inspirer d'autres écoles françaises.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *